Esmeralda

Le pétrichor câline mes narines 

Sournoise, elle surprend

Dans un élan de création l'aléa me freine 

La pluie, l'horizon, les arbres nus l'inspire 

 

Incolore, indolore, inodore, elle contrôle 

Ma si belle qui souvent accueille les bêtes 

Du soleil, du sable fin, je rêve souvent pernicieusement

Je suis une étoile filante imprégnée de peccadilles 

 

Qu'en avançant j'égare 

J'accepte les vertus comme un tamis retient les pépites d'or

Dans ma douce solitude je les traduis et traverse 

 

Ma paroi rigide les réfléchi 

Dans ce dégoût honteux je baigne 

J'exalte ma belle voie 

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal