En poursuivant votre navigation sur ce site,vous acceptez l'utilisation de Cookies qui nous permettent notamment de mesurer l'audience de notre site et de vous proposer des contenus,

services et publicités adaptés à vos centres d'intérêts. 

bannière vos poèmes

Citation :

Colère amère Une grosse poussière L'aspirateur Réparateur

enfant chat

Bienvenue Amis Poètes, Amis des Mots et de la Littérature.
Je vous propose une  grande sélection de poèmes 
placés dans différentes catégories(Citations, poèmes d'amitié, poèmes d'amour etc ...)
Écrit par de nombreux poètes  ... 
Ces merveilleux poèmes que vous écrivez  et pouvez lire en parcourant ce site .
Grâce à vous et à vos écrits ce site  de partage de poèmes vit et prend de l'ampleur  
au fil des années .
Je vous souhaite une agréable visite  et vous remercie de l'envoi de vos ouvrages littéraires.
Amicalement,
       Isidore  

  

Derniers poèmes mis en ligne :

Poète sanguinaire

« – Regardez ! Qu’est-ce donc ? Mais quelle horrible horreur ! Voyez ce qu’il a fait à ce pauvre poème. Voyez ce faible enfant, ce petit est tout blême. Ah, quel sanglant barbare est à ce point, ...

Noël

Noël fait son entrée joyeuse dans la ville, Dans les rues, les maisons, et berce les esprits De sa douce chanson ; tous les cœurs sont épris De sa grande gaité si gracile et tranquille. Noël, va...

Les hospices glacials

Dans les hospices froids, livides, Prisons des horreurs tant amers ; Les pleurs retentissent morbides Dans les hospices froids, livides, Où les fièvres longent avides, Le plafond puant les cancer...

Voir d'autre nouveau poèmes

 

Poèmes au hasard :

La petite

  Elle a mis un pull de laine Sur une chemise à carreaux Au-dessus des toits, le ciel est blême Pas très chaud Un léger vent du nord goûte Le parfum de ses cheveux roux Qui se faufile entre quelques gouttes Comme un fou Elle marche comme dans un rêve Qui s’engouffre un peu trop vite Dans la grisaille du jour qui se lève La petite Elle sort de chez Véronique Qui l’a soignée une fois encore Hier soir, il y avait des coups de trique Sur son corps Comme une peur bleue qui grandit Elle s’approche de sa maison Les autres endroits lui sont interdits Et c’est con Ses lèvres à cent reprises Se mordent devant cet enfer Où un alcoolique terrorise Ses yeux verts Doucement s’ouvre la porte Qui se referme sans un bruit Elle voudrait que le diable emporte Son mari Mais Satan et ses complices Même s’ils ne sont pas sexistes Ne veulent pas rendre service À la petite Dans son courage elle fouille Devant la vision des yeux jaunes Chaque fois elle doit vaincre sa trouille Pour ses mômes    

lepénistes

Finalement,vous avez bien raison,madame, monsieur,de voter l'énormité... 39-45, c'est fait !plein de bonheurs et de petits plaisirs,Les bombes qui crépitent,la famine, pardon la "ration",et ces fous qui s'agitent. Et les corps qu'on évacue,que dis-je,des "objets" (respect) qu'on trimballepour finalement les bruler,pour pas qu'ça sente... Car c'est "vrai",les plaies de société,les chantageset autres billeveséesne viennent que des immigrés. Alors votez,en masse,pour le célèbre cétacé... On va bien s'marrer !

Plus de poèmes au hasard

 

white_user.png

Qui est en ligne

Nous avons 24 invités et aucun membre en ligne

 Venez me rejoindre sur ma page Facebook 

et suivre les  derniers poèmes mis en ligne.

Copyright © 2017 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Depannpcsud77.

Merci de faire une petite contribution. Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement.

Cliquez pour fermer cette fenêtre !