Esmeralda

« – Regardez ! Qu’est-ce donc ? Mais quelle horrible horreur !

Voyez ce qu’il a fait à ce pauvre poème.

Voyez ce faible enfant, ce petit est tout blême.

Ah, quel sanglant barbare est à ce point, sans cœur,

Pour faire pareil chose horrifiante et honnie ?

Qui se bidonnerait en voyant l'agonie ;

D’un triste ange encor dans le berceau de candeur

Qui tète doucement le sein rond d’Aphrodite

Pour recevoir le lait, eau céleste et bénite,

Du long ruisseau divin à l’innocente odeur.

C’est sûr c’est un démon qui l’a arraché du

Ciel suprême et moelleux de l’enfance vermeille

Ô grands Dieux de l’olympe, ô Muses, ô Merveille

Protégez, ce bambin mourant, sonnet pendu ! ? »

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal