Pour un si pauvre cœur que le chagrin fleuri,

Tu lui fais rappeler ces aimantes journées

Qui vont poussivement de leurs chaleurs fournées

Toute tristesse au fond de l’abîme aguerri.

Toi qui rends amoureux les Dieux,

Toi qui vas delà les frontières,

Toi qui scintilles de tous feux !

De nos roses printemps tu voles l’espérance,

De nos rouges étés tu tires la beauté,

De nos automnes gris tu prends la cruauté,

De nos hivers si blancs tu façonnes l’errance.

Toi plus vivant que la matière,

Toi plus émouvant que les cieux,

Toi plus beau que la Terre entière !

Tu traverses le ciel, météore infini

Absorbant tout avec ton parfum de tropique,

Tu répands sur le monde un arôme exotique,

Comme une douce aurore à l’éclat rajeuni.

Toi qui rends amoureux les Dieux,

Toi qui vas delà les frontières,

Toi qui scintilles de tous feux !

Ton divin goût n’est pas saveur, oh, moins amère

Que le bon chocolat d’enfance tant aimé.

C’est dans tes yeux flambants que l’exquis a germé !

Où t’ensevelis-tu, Paradis éphémère ?

Toi plus vivant que la matière,

Toi plus émouvant que les cieux,

Toi plus beau que la Terre entière !

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal