Esmeralda

Sous un vacarme assourdissant,

Qu’épuisé et malheureux,

J’aperçus près de moi dans ce champ,

Cette étrange fleur bleue.

 

Je m’approchais vers ce semblant de rose,

Si rare qu’elle m’empli de fierté,

Incapable de prononcer mes proses,

J’observais sa majesté :

Etrange qu’elle soit bleuté.

 

Toute droite elle se tenait là

Rappelant par ses couleurs le crépuscule et l’aurore,

Me faisant penser à la vie de la mort,

Mais véritablement à l’amour et à toi :

Etrange qu’elle soit bleu roi.

 

Les coups de canon tragiques

Rythmaient le ciel comme une comtoise.

Et moi, hors du temps et nostalgique,

Te pleurais, ma belle bourgeoise :

Etrange qu’elle soit d’ardoise.

 

Sentant mon cœur irréfutablement amoureux,

Je pensais alors par mégarde :

Ayant poussé dans le sang de mes camarades,

Etrange qu’elle soit si bleue.

 

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal

EB Sticky Cookie Notice

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.

Ce site utilise des cookies pour assurer la meilleure expérience. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez leur utilisation.