Esmeralda

Dehors...

Je sens la caresse des yeux,

Qui m'abhorre,

Dans un sens du poil,

Ignominieux.

Des paroles épineuses,

Subtilements dithyrambiques,

Me transpercent,

Le coeur.

 

Dehors...

Je me meure,

si riche,

De mon indigence,

Où,

Mon phoenix intérieur,

Fut souvent ma niche,

De providence.

 

Face à cette violence,

Fine, immanente,

Murmurante,

Certains fédèrent,

A une bassèsse,

Cette fortune amère,

Sans cesse.

 

Dehors...

Mes pensées d'outre-mondes,

Me susurent qu'au fond,

Elles ont peine à croire,

Que certains aient peine à avoir,

Un mauvais fond.

 

Du dehors...

Vers l'intérieur...

Je me terre,

Prenant les commandes,

Pour un autre ailleurs,

L'astrolabe vers la Terre,

Je ne demande,

Qu'à espérer que cette planète,

Ait tout,

tout,

De différent.

 

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal