Malgré les foules massées au stade
Le foot je n’ai jamais aimé.
Cela vous semble une boutade,
Malgré les foules massées au stade


Vous condamnez mon incartade,
Et j’en deviens le mal-aimé.
Malgré les foules massées au stade
Le foot je n’ai jamais aimé.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal