baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Avec mon jeune frère s’étant perdus de vue
Depuis bien des années, pour des raisons futiles,
Certes sans nulle cause, mais seraient-elles utiles
Pour justifier l’absence de nos belles entrevues ?

Un jour il m’appela anxieux de son état,
Depuis plus de seize ans on était séparé,
Posant le téléphone je me suis préparé,
Et vers son hôpital j’allais faire le constat.

Dans le fond de la chambre j’aperçus un lit vide,
Assis sur l’autre lit un homme me regardait,
Des nouvelles de mon frère alors lui demandais,
Mais c’est moi !, me dit-il d’une voix impavide.

Il avait tant changé, une bien triste image
S’est offerte à mes yeux, de masquer mon émoi
Je ne pus réussir, ce spectacle devant moi
N’était plus petit frère, mais un autre visage.

Il me parla alors avec les exigences
Qu’il avait tout enfant déjà manifestées,
Et les petites manies qui lui étaient restées
Dans les doux souvenirs de nos adolescences.

Un trimestre plus tard, malgré de nombreux soins,
Il partit un matin, et le premier avril,
Quelle funeste nouvelle pendue au bout du fil,
De ce vilain poisson dont je n’avais besoin.

A Alain, Marcel, le 12 octobre 2011.

Commentaires   

0 #1 MarcelB 28-04-2016 00:44
Voici un poème écrit dans l'émotion d'une réconciliation suivie d'un deuil, quelle malchance.
MarcelB
Citer

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Plus d' informations Ok