Esmeralda

 

Tous droits réservés par Chassaigne Agnès

Vent

Toi qui souffle à tout bout de champs

Toi qui tourmente mon sommeil

Comment veux-tu que je m’apaise alors que tu ne cesses de me souffler ton sonnet ?

Toi qui fait ce bruit incessant, faisant bouger les volets, t’incérant sous les tuiles,

Toi qui augmente mes tourments, comment veux-tu que je trouve la paix de mon âme maintenant ?

Toi qui hurle dans ma tête, je ne peux m’endormir si tu ne t’arrête pas de siffler dans mes oreilles

Toi qui t’engouffre en tout lieu j’ai l’impression de te sentir dans le coup, j’ai la sensation de frissons de partout

Toi qui fais vibrer les carreaux, qui expire et créer ce courant d’air qui ne veut se taire

Toi qui me pousse à veiller, je soupir et me met à rêver, je vois la mer

Toi qui émane de tous les horizons, comment veux-tu que je t’ignore, tu me pousses à écouter ceux qui dorment, j’écoute leurs profondes respirations

Toi qui agite mon corps et mon esprit par cet effluve que je sens

Toi qui viens presque me faire une bise, je sens ta caresse sur ma joue

Toi le courant qui trouble ma nuit, je suis dans un tourbillon de vie

Toi qui appel la pluie pour t’accompagner dans cette danse de minuit

Toi qui me chuchote d’être attentive à ta chanson, je suis une effervescence de pensées

Toi qui m’a attrapé pour ne plus me lâcher comment veux-tu que je me concentre sur une seule idée

Toi qui me murmure de méditer, je t’assure que cela n’a pas eu l’effet escompté en cette soirée où je reste éveillé

Toi qui siffle si fort imite-tu les esprits les fantômes en ce temps d’automne ?

Toi qui m’épuise à vociférer, des trombes d’eau s’ajoutent à tes déflagrations

Toi qui provoquent en moi un ouragan de questionnements, comment veux-tu que je trouve le repos si tu restes en écho ?

Toi qui me guide es-ce la bonne direction que je prends ?

Toi qui révèles ta puissance au monde par tes tornades, tes cyclones, tu m’impressionnes, comment veux-tu que je fasse pour oublier ta force ?

Toi le mistral tu resteras gagnant, un des cinq éléments, un des plus énergisants, tu es le tout-puissant

Toi qui tempête, qui gronde, je me sens comme un enfant, je m’imagine un typhon,

Toi tu es transparent mais remarquable, toi mon géant tu peux tout foutre en l’air,

Toi quand tu disparais laissant place au silence, je me retrouve seule avec mes démons,

Toi qui m’a bercé, je guette ton retour mon allié  jusqu’au jour levé,

Toi devenu ami de mon insomnie je te remercie car le silence m’ennuie

24.12.20

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal