Esmeralda

 

Tous droits réservés par Chassaigne Agnès

L’argent et le bonheur

L’argent permet-il le bonheur ?

Qui n’a pas entendu dire « l’argent ne fait pas le bonheur  »

Et pourtant sans argent comment peut-on prétendre un jour atteindre un minimum de bonheur ?

Et pourtant comment espérer manger, se vêtir, dormir convenablement sans argent ?

Et pourtant comment peut-on dire à celui qui dort sous les ponts qu’avec tout l’argent que l’on a, on ne sait pas apprécier la vie que l’on mène?

Comment peut-on faire croire à la dame qui se tient tous les jours assise sur le trottoir d’en face, qu’on ne la voit pas ? On ne peut pas faire autrement que de voir qu’elle existe, on ne peut pas s’empêcher de penser que c’est injuste et que rien n’est fait pour l’aider.

Comment peut-on répondre à l’homme qui demande un peu d’aide dans le métro que l’on n’a pas ce qu’il faut sur soi ?

Comment peut-on continuer à accepter de voir tous ces gens humiliés et laissé de côté sans être touché, sans se sentir consterné et inutile.

Tous ces humains qui ne connaissent pas le mot égalité, endormis sur des cartons dans les métros, entassés dans des tentes sous les ponts qui ne cesse de s’accumuler.

Ou bien ceux cachés comme des prisonniers dans les forêts où ils vivent dans de petites cabanes beaucoup moins adaptés que celles des nomades, sans aucun confort, sans aucune intimité.

Ils ne connaissent pas le mot dignité, ils ne disposent même pas de quoi se réchauffer, ils n’ont pas de quoi prévenir les problèmes de santé au contraire ils traînent avec eux toutes les maladies causées par la promiscuité et le manque d’hygiène de vie.

Ils n’ont pas accès au sentiment de sécurité, ils apprennent très tôt à se servir de ce qu’ils ont sous la main pour se défendre, c’est la loi du plus fort quand on ne possède pas grand-chose.

On se bat pour ce que l’on n’a pas, on n’a plus aucun sentiment de culpabilité, on n’a plus le temps pour ça, on essai seulement de survivre quand d’autres se plaignent pour des choses futiles.

C’est ça la vérité qui nous fait tous flipper. On a tellement peur d’être un jour dans ces situations et l’on ne comprend pas pourquoi la société et les politiques ne vont pas plus vite à faire ce qu’il faut.

Pour ne pas que ces hommes et femmes continuent à mourir sans avoir rien fait d’autre que d’essayer de combattre ; la faim, le froid, la peur, l’injustice, la maltraitance, la violence, la difficulté à se loger, à s’insérer, à pouvoir travailler.

Tout ça dans un monde censé être leur terre peuplé de leurs frères et sœurs tous nés sur la même planète.

Il existe pourtant une grande disparité innée, chacun ayant une chance de départ différente pour leur vie.

Et pourtant toi qui a plus qu’il n’en faut, tu es si malheureux, tu n’as personne qui pense à toi, les gens qui t’entourent ne sont pas là par réel sympathie.

Ils attendent souvent de toi une preuve matérielle pour te considérer comme potentiel ami.

Tes présents réguliers seront une raison pour eux de t’apprécier c’est ainsi la réalité de la vie.

Et pourtant toi qui a tout ce dont tu as besoin, tu n’arrives pas à aimer ta vie car tu n’as plus personne avec qui partager.

Tu n’as pas su garder ceux qui t’aimaient car tu pensais que le travail suffisait pour prouver ton amour.

Seulement aujourd’hui tu prends conscience que passer du temps auprès de ta famille aurait dû être la priorité dans toutes tes semaines de l’année.

Aimer c’est le penser, le dire mais surtout le montrer par des actions concrètes et sincères.

Rien ne peut égaler les bras d’un père ou d’une mère, la caresse sur une joue au coucher, la tendresse de la voix pour rassurer.

Dans les moments de difficultés, l’écoute active, les petits mots et actions attentionnés pour nous montrer qu’ils ne sont jamais loin de nous.

Et pourtant toi qui gagne plus d’argent qu’il n’en faut pour bien vivre, tu ne sais plus quoi faire avec alors tu dépenses sans compter.

Tu as tous les gadgets derniers cri, les vêtements les plus tendances, les soirées les plus dégantées.

Tu te ruines dans l’achat de pilules magiques qu’on te vend comme les plus fantastiques pour te faire vibrer toute la soirée, pour tenir le coup sur les plateaux télé.

Tu essaie de ne pas craquer devant les ouvriers qui bossent comme des malades sur la terrasse de ton appart de luxe du 7ème boulevard Haussmann.

Tu sais qu’ils ne sont pas assez payés pour ce qu’ils font alors tu tentes de faire comme tu peux pour contribuer à égayer leur journée.

En leur donnant un peu plus même si cela te semble insuffisant.

Tu leur offre toujours le café ou le thé pour les réchauffer à leur pose déjeuné, parfois même tu leur propose un repas que tu as acheté ou préparé.

Mais es ce que tout çà cessera d’exister un jour dans ce monde ?

Comment faire comprendre à ceux qui ont le pouvoir que ceux sont eux qui doivent être exemplaire pour agir sur ces problématiques qui les concerne ?

C’est pourtant aussi leur problème, tout autant que les petites gens.

Puisqu’ils ont choisi d’être où ils sont c’est bien pour faire évoluer la société ?

Nous qui nous levons chaque jour pour remplir nos missions : notre activité professionnelle, notre rôle de père et de mère dans l’éducation et la transmission de valeurs.

Nos actes à petite échelle pour les causes que nous souhaitons défendre, notre façon de s’ouvrir au monde et de vivre, dans le partage et la bienveillance envers les gens qui nous entoure.

Notre quête de petits bonheurs, dans le respect pour l’autre et ses convictions.

La plupart d’entre nous recherchons tout simplement à rester humain en faisant le bien et en refusant la haine.

Alors pourquoi ceux qui ont la possibilité d’être moteur et de véhiculer des actions concrètes ne le font ils pas ?

Parce qu’il ne suffit pas d’avoir l’argent pour prôner des valeurs essentielles à la vie, parce qu’il ne suffit pas de tout avoir pour être satisfait dans cette société, parce que l’homme n’a jamais assez et qu’il désir toujours plus.

Parce que beaucoup d’hommes ne sont pas assez intelligents pour mener des combats qui ne les concerne pas.

Parce que beaucoup d’humains sont égoïstes et n’aspirent qu’à régner sur ceux qui n’ont pas le choix que d’exécuter.

Gagner l’argent nécessaires pour une vie décente est une raison permanente de se lever.

Parce que les droits existent et qu’ils ne servent pas toujours ceux qui le méritent.

Bien souvent ils servent ceux qui ont le plus de frique.

Parce que lorsqu’on ne vote jamais pour le politique qui nous représente.

Parce qu’on ne sent pas entendu et compris par tous ces gens qui nous dirigent.

Parce que lorsqu’un jour quelqu’un du monde d’en bas aura franchi tous les obstacles pour atteindre le monde d’en haut, il ou elle pourra avec sa vision ouverte de tous les mondes agir de manière logique et humaine.

Il ou elle saura s’entourer de bonnes personnes sans prendre en compte son appartenance mais en se basant sur ces compétences.

Avec ces personnes-là tout ira plus vite et plus fort, tout le monde reprendra espoir de voir un monde meilleur se dessiner à l’horizon.

Mais pour le moment 2020 est encore là, les peurs, les doutes, les séquelles sont là.

Les combats sont encore multiples et trop d’humains sont encore éreintés, apeurés, repliés, découragés pour être assez à pouvoir faire bouger cette société qui en règle générale a du mal à se bouger, à se réveiller.

Depuis quelque mois notre univers reste fixe comme dans la glu, impossible à se dépêtrer de cet état de sidération inédit qui nous poursuit, tout ça à cause d’une foutu pandémie.

Pourvu que 2021 soit l’inverse de 2020, et que le monde se réveil comme un lendemain de fête et d’amnésie.

Alors tout cela restera un moment abstrait, une période que l’on garde en nous mais que l’on ne souhaite pas se rappeler.

La nouvelle règle sera d’avancer avec des pensées plus solides, des objectifs précis et logiques.

Comme si on avait dormis cent ans comme dans la belle au bois dormant, nous reprendrions le cours de notre vie avec une vision plus importante de la vie, un respect décuplé pour notre santé, pour la création, le partage, l’amour, la terre, l’univers.

Nous aurions enfin conscience tous, que nous ne sommes pas seul à penser, à croire en nous, à faire ce que l’on pense important pour changer et améliorer la société dans laquelle nous voulons voir nos enfant évoluer.

La lune brillera comme jamais et reflétera la beauté de nos âmes apaisées.

Nous nous endormirons tous avec un cœur rempli et prêt à déborder d’amour et de projets à concrétiser.

La terre entière se lèvera unis pour réaliser le monde de demain.

Chaque homme main dans la main détenant la clé de son destin.

10.12.20

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal