Chez eux à chaque étage s’exhibe la sainte Vierge,
Lorsque l’on passe à table le bénédicité
Nous contraint au silence, sous peine d’être cité
Comme un abject impie, et vite ils brûlent un cierge.


Je me sens mal à l’aise devant mon assiettée,
Et chacune des visites me crée une angoisse telle
Qu’une poussée de tension frôle la dose mortelle,
Et me donne l’emprunt d’une allure affectée.


Vous êtes trop sectaire !, penserez-vous sans doute,
Mais est-ce moi ou eux qui suis intolérant,
Je n’impose à personne mon cas exaspérant
Aux idées libertaires que tout le monde redoute.


Je vis ma vie toute simple avec sérénité,
Mais qu’il est douloureux de se sentir proscrit
Au sein de sa famille parce qu’un seul écrit
A blessé leur orgueil par sa sincérité.


Et je dois faire l’oubli des sept petits-enfants,
Qu’un parent cul-béni préserve de mes pensées,
Il ne saurait mêler mes idées insensées,
Aux bons discours oiseux des curés étouffants.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal