En poursuivant votre navigation sur ce site,vous acceptez l'utilisation de Cookies qui nous permettent notamment de mesurer l'audience de notre site et de vous proposer des contenus,

services et publicités adaptés à vos centres d'intérêts. 

baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Après avoir subi un nombre incalculable
De maints petits revers dans un si dur chemin,
On perd sa belle confiance  et tout comme un gamin
On commet quelquefois la faute inévitable.


J’ai beaucoup travaillé mais tant de fois trahi,
J’abandonnais ma place pour tout recommencer,
Et me battre de plus belle pour ne pas renoncer
Au délicieux confort qui m’avait envahi.


Le risque est périlleux dans tous ces changements,
Il est bien plus aisé de rester sédentaire,
Mais devant l’injustice je ne sais pas me taire,
Et toujours je partais vers d’autres éléments.


N’amasse pas de mousse, telle est la pierre qui roule,
Dit le fameux dicton, et il a bien raison,
Changer souvent de places frise la déraison,
Mieux vaut être anonyme confondu dans la foule.


Et lorsqu’à cinquante ans les forces s’amenuisent
On se retrouve soudain au détour d’une route,
De devoir entreprendre nous amène le doute
Et la désespérance que les choses n’aboutissent.


Alors baissant les bras on cherche le refuge,
D’un travail salutaire qui sans trop de hardiesse
Nous permettra de vivre jusqu’à notre vieillesse,
Et sa petite retraite que l’Etat nous adjuge.

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..