Esmeralda

Par Dieu, ni maître, à mort les lois.

Transgresse et déchire sans façon

Le soleil rouge qui crève à l'horizon.

Et ses yeux bleus.

 

Par le fer et le feu, à mort les monstres.

L'innocence immaculée dans leur iris,

De leurs lèvres coule le miel du vice.

Et ses yeux bleus.

 

Par la paroles des enfants, à mort l'enfance.

Des condamnés sans jugement

Au silence noir cousu d'argent.

Et ses yeux bleus.

 

Par la croix et les clous, à mort le pardon.

Des cadavres brisés au vent

Flottant sous la bannière du sang.

Et ses yeux bleus.

 

Par les vertus des pouvoirs qu'ils ont usurpés, à mort.

Par des visages d'enfants sans sourire, aux paupières closes,

Qui te fixent dans l'obscurité comme dans la lumière.

Et leurs yeux bleus crient « à mort ».

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal