Tes yeux, tes yeux si bleus, ô splendide madone

En qui tout est lumineux,

Quand je plonge dedans mon regard, ils m'étonnent

D'être aussi ténébreux qu'ils sont harmonieux.

Tes yeux sont aussi clairs et vastes que les mers,

Aussi lucides que le fleuve,

Aussi profonds que les gouffres noirs et amers

Et aussi pénétrant que la lune d'or neuve.

Mais ces yeux si beaux et si clairs ne sont-ils pas

Le miroir par où tu brilles

Comme la grande nue tachée de soleils bas ?

Quand les larmes de fiel montent jusqu'à tes yeux

Le bleu près de tes pupilles

Se transforme en un gris d'un grand ciel orageux.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal