Voici que la stupidité

A pris les courbes imparfaites,

D'une femme, d'une beauté,

Où Mephisto seul s'y reflète.

 

Sous la méphétique enveloppe,

Ces formes, ce corps, ce sourire,

Tous ses traits exquis de salope,

Coule de la vamp, l'élixir,

Le philtre vicieux abreuvant,

Le sucre noir des belladonnes,

L'essence macabre bavant,

Sur la crasse de sa personne.

 

Maria ou

La fleur toxique ou le cerbère

Magnifique, qui sur les braises

De mon feu sadique, libère

Les cris pénibles des fournaises.

 

Je Vous offre ma haine, celle

Qui transpire sur l'épiderme

De mon âme - pensées mortelles

Que mon obscure esprit renferme.

 

Bellarme.

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal