Esmeralda

Allongé dans un pré, tout près de violettes,

Tous les deux nus toujours parfumés de l’amour

Et nos doux corps flattés par les rayons du jour

Ont rêvés dans la nuit, des nobles pirouettes.

Ah, mais quel romantisme a rempli d’un humour

Lyrique mes étés ; que de jolies fillettes

Ont rimé avec moi, sous ces chants d’alouettes

Ressemblant au grand bruit de lyre ou de tambour.

Mon âme se recueille en toi, pure Joconde

Mes pieds marchent vers toi, délicieuse blonde

Ton cœur beau comme un ange éclaire mon éveil.

Ô fille de vénus à la beauté rebelle

Ô merveilleuse Muse, éblouissant Soleil,

Pénètre ma chair où tu es encore plus belle.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal

EB Sticky Cookie Notice

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.

Ce site utilise des cookies pour assurer la meilleure expérience. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez leur utilisation.