Esmeralda

L'hiver tourne dans l'air du soir,

La neige se pose tranquille

Sur le toit pâle du manoir.

Trouble silence sur la ville.

La neige se pose tranquille,

Les fleurs frémissent dans le noir,

Trouble silence sur la ville

Qui s'assombrit comme un couloir.

Les fleurs frémissent dans le noir,

La grande forêt immobile

Qui s'assombrit comme un couloir

Est flétrie par l'hiver hostile.

La grande forêt immobile,

Triste et sombre comme un dortoir

Est flétrie par l'hiver hostile

Au tendre son de désespoir.

Triste et sombre comme un dortoir,

La belle mer s'endort gracile

Au tendre son de désespoir,

De la douce valse servile.

La belle mer s'endort gracile,

Sous les flocons blancs d'inespoir

De la douce valse servile,

Qui vibre et sanglote d'espoir.

Sous les flocons blancs d'inespoir,

Le froid meurtri un coeur sessile

Qui vibre et sanglote d'espoir,

Comme un violon vibratile.

Le froid meurtri un coeur sessile,

Lorsque du ciel en entonnoir,

Comme un violon vibratile,

L'hiver tourne dans l'air du soir !

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal

EB Sticky Cookie Notice

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.

Ce site utilise des cookies pour assurer la meilleure expérience. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez leur utilisation.