Esmeralda

Le secret des Mondes

 

J'ai cru voir l'Ophélie, la Gentiane et bien d'autres
Tenter d'accrocher des haillons à ma vie.
Monture échevelée, je puisais dans le crépuscule des jours,
Une force tendre et enivrante qui m'élançait dans un jour nouveau.

Et parfois, les mystères de l'Aurore glaçaient mon sang et ma tête
Dans un souvenir lointain d'un brouillard à mes songes
Quand la Lune se levait au côté du roi blanc,
Eclatant dans un azur si pur qu'à mes yeux je cru voir la Nature...

J'en ai rêvé des mondes merveilleux
Des pics, des gouffres et des océans de lave.
Je me voyais poête accroché aux ailes de l'Albatros.
Parcourant la tête vagabonde, en rêvant le Secret des Mondes.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal