Plume Poeme Divers

Au café de la Terrasse, les clients, endimanchés, se désaltèrent.

Nous nous sommes installés.

Mon verre est encore vide.

J’écoute le ruisseau que je connais par cœur jusque derrière la grange.

Les cailloux qu’il bouscule gentiment, en ce moment précis, le chagrine tout aussi suavement.

Ses accents au timbre aigu deviennent graves, la résonance du clapotis de l’eau comme une plainte tremblotante décharnée de la mélodie aux échos perpétuels raccordés par une force surnaturelle à l’iceberg des neiges fondantes.

De la terrasse, je l’imagine disparaître sous les barres de la grille où j’ai posé maintes fois les pieds pour suivre, les yeux fermés, sa course souterraine.

Il traverse la route, la voie ferrée, peut-être même la superbe maison rouge et blanche avec de légères touches noires, avant de dévaler la pente abrupte du marronnier d’Inde jusqu’au lit du Rhône.

En lui, le petit ruisseau pourra pourchasser des rêves démesurés…

Je l’imagine défendre sa dissolution irrémédiable dans le fleuve roi.

Au bar de la Terrasse, devant mon verre toujours vide, j’imagine sa terreur quand il entre dans sa nuit.

Sous les barres de la grille, j’imagine des esturgeons et des poules d’eau pétrifiés dans la pierre, battre, parmi des cailloux mordorés, onze douzaines d’œufs durs…

Un caviar de poulailler.

Le sel des montagnes donne à l’eau le goût des larmes.

Travailleuses acharnées, mes pensées multiplient les barres de la grille comme un échafaudage sur la façade des chimères.

Le rêve suivant découvre, par-dessus le ruisseau, une échelle en pente douce, juste à ma mesure.

Elle me porte comme un frémissement dans l’écho du castrat…

Avec les ondes d’un transistor… comme le grésillement des grillons.

Je monte la pente douce du ruisseau, je m’éloigne de la grange, je frôle la maison abandonnée aux volets bleus, j’entre dans le bois de Mussel comme une langue de caméléon happe les couleurs vives du printemps.

Une langue qui déshabille ma pensée la plus intime devant le miroir de la grande cascade.

L’insatiable voyeur de la providence fait battre le cœur des rochers.

Derrière le plus imposant, j’entends battre le mien.

À l’abri des regards du reste du monde, un homme et une femme se déshabillent.

Je ne fais pas partie du monde.

Je suis l’entière circonférence du reste.

Ils s’aiment. Ils échangent leur corps.

Ils font ce que je ne sais pas.

De l’homme, je n’ai déjà plus le souvenir mais de la femme, je la revois remettre une robe blanche et rouge, aux lilas couverts par des garances.

Ils s’en vont.

Sa chevelure ressemble à une crinière de satin noir.

Une main sur son épaule dompte la silhouette féline.

Ils s’éloignent.

La mousse de la forêt glisse au pied des arbres un bas de soie.

La grande cascade devient une explosion de bulles pétillantes propulsée par un jet de limonade.

Les silhouettes qui s’éloignent donnent au ruisseau des reflets écarlates.

Dans une vasque de roche polie, je trempe une main, je caresse le fond sablonneux, je vole, de ma paume, un mince filet d’eau…

Sur mes lèvres, une goutte de grenadine.

Ils sont partis.

Je replonge la main dans la vasque.

L’eau vive du ruisseau me tire comme une charrette de jonquilles en fleurs.

Le bois de Mussel dégage un parfum de femme dont les essences enflamment ma mémoire dans l’âtre d’un cerveau aux pensées juvéniles, impatientes de grandir, et de grandir encore.

À travers les fissures de la maison abandonnée, le soleil s’infiltre généreusement.

Derrière les volets bleus, les lézards mangent l’azur.

Les mues des couleuvres se greffent à l’ombre naissante comme une peau de chagrin.

Au bar de la Terrasse, mon verre est déjà vide. Devant le passage à niveau, je donne la main à mon père.

Un train de marchandise passe.

Des moineaux affamés font une pause dans la salle du pain perdu.

Le cavalier du dimanche attelle le sulky.

L’horloge de la maison sonne quatre fois.

Pour mon quatre-heures je mange le dernier morceau d’une tarte aux cerises.

Au goulot de la bouteille, je bois de l’eau plate.

Je me désaltère.

La fraîcheur du frigidaire transmise à la bouteille me laisse, au bout de la langue, comme une goutte de grenadine diluée par un iceberg.

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Copyright © 2006 / 2022 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal  -  Politique de cookies

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Autre
Les autres cookies non catégorisés sont ceux qui sont en cours d'analyse et n'ont pas encore été classés dans une catégorie.
www.vospoemes.fr
No description
Accepter
Décliner
Performance
Les cookies de performance sont utilisés pour comprendre et analyser les indices de performance clés du site Web, ce qui contribue à offrir une meilleure expérience utilisateur aux visiteurs.
.quantserve.com
Quantserve définit ce cookie pour suivre de manière anonyme les informations sur la façon dont les visiteurs utilisent le site Web.
Accepter
Décliner
Functional
Outils utilisés pour vous apporter des fonctionnalités lores de votre navigation, cela peut inclure des fonctions de réseaux sociaux.
.addthis.com
Le na_id est défini par AddThis pour permettre le partage de liens sur les plateformes de médias sociaux comme Facebook et Twitter.
Accepter
Décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner
Publicité
Les cookies publicitaires sont utilisés pour fournir aux visiteurs des publicités et des campagnes marketing pertinentes. Ces cookies suivent les visiteurs sur les sites Web et collectent des informations pour fournir des publicités personnalisées.
.doubleclick.net
Le test_cookie est défini par doubleclick.net et est utilisé pour déterminer si le navigateur de l'utilisateur prend en charge les cookies.
Accepter
Décliner
Anti spam
Service Cloud Anti-Spam pour les sites Web. Protégez votre site Web contre le spam avec des méthodes invisibles pour les visiteurs. Pas de Captcha, pas de questions, pas de comptage d'animaux, pas de puzzles, pas de maths. Combattez le spam !
Cleantalk
Accepter
Décliner