Esmeralda

                                            Impressions de saisons,

 

                            Il fut un temps, jadis, où marchant solitaire

                            Mes pensées me portaient vers l’oubli salutaire

                            Promenade automnale, aux lueurs du matin

                            Quand s’en vont, les souvenirs d’un passé lointain.

 

                            Que j’aimais sentir sous mes pas, craquer le bois

                            Et humer dans le vent, les odeurs des sous-bois

                            Voir les arbres dépouillés de leurs tendres feuilles

                            Apercevoir entre les branches, l’écureuil.

 

                            Entendre résonner au cœur de la forêt

                            Le brame du cerf, la harde près du marais

                            Attend calmement la venue du vieux mâle

                            Saillir les biches, par instinct animal.

 

                            Près de l’étang, on peut voir le martin-pêcheur

                            Attraper de petits poissons et un pêcheur

                            Jeter sa ligne pour capturer un brochet

                            Qui avalant l’appât, s’enfuit en ricochets.

 

                           

                            Dans la campagne nue, passe un vol d’oiseaux

                            Dans les prés, paissent des veaux aux larges naseaux

                            Dans les labours, une compagnie de perdrix

                            Défile en rang serré et sans minauderie.

 

                            Pour moi, l’automne, saison aux mille couleurs

                            Se pare de tons multicolores, l’ensorceleur

                            Décor naturel resplendit de tous ses feux

                            Et on verra naître la vie, dans ces lieux.

 

                            Quand le vent sur les dunes de la mer du Nord

                            Souffle puissamment, son chant épique et sonore

                            Les mouettes et les goélands dans les cieux

                            Lui rendent hommage, de leur vol gracieux.

 

                            Quant à la montagne, on peut voir sur leurs sommets

                            Chamois, mouflons, gravir les pentes escarpées

                            Les marmottes s’amuser dans les herbes folles 

                            Et les moutons batifoler en cabrioles.

 

                            Je rêve des couleurs de la douce Provence

                            De voir les oliviers de Saint-Paul-de-Vence

                            De sentir la lavande, son parfum fragrant

                            D’ouïr les cigales striduler dans les champs.

 

                            Visiter les châteaux sur les bords de la Loire

                            Observer les oiseaux, du haut d’un promontoire

                            Parcourir les chemins de nos vertes campagnes  

                            Enfin, de déguster les vins fins de Champagne.

 

                            Voguer nonchalant sur le canal du Midi

                            Paresser lors d’un bel et chaud après-midi

                            Manger, dans un vieux port, les fruits de la mer

                            Et de dormir, un grand soir, à Belle-Ile-en-Mer.

 

                            Que mon pays est beau, quand le soleil d’été

                            Darde de ses rayons puissants, la vraie beauté

                            De nos rivages, des villages et paysages

                            La France estivale, a un lumineux visage.

 

                            Quand le soleil revit et que l’hiver se meurt

                            On peut percevoir dans les vieilles demeures

                            S’éteindre lentement, les braises d’un grand feu

                            A l’arrivée du printemps, il nous fait ses adieux.

 

                            Enfin, je peux retourner, fouler sur la terre

                            Le tendre et vert duvet, le merveilleux parterre

                            De fleurs sauvages, qui tapissent prés et champs

                            Entendre les oiseaux, me ravir de leurs chants.

 

                                     

                            J’aime voir les enfants durant cette saison

                            A jouer dans les blés, avant la fenaison

                            Ils rient à la vie qui renaît et au bonheur

                            Retrouvé, à ressentir, la joie dans leurs cœurs.

 

                            En montagne, le berger mène son troupeau

                            Là-haut dans les alpages, au son du pipeau

                            L’ombre de l’aigle planera dans le ciel

                            Les bouquetins joueront sous un arc-en-ciel.

 

                            Les arbres remettent à nouveau leurs habits

                            Le merle moqueur, la pie, aux drôles lubies               

                            Déambulent fièrement dans les jardins

                            Ce qui n’est pas anodin, même badin !

 

                            Et  je prends plaisir à regarder les pêcheurs

                            Quitter le port, partir en mer, avec ardeur

                            Et ramener au soir, après un dur labeur

                            Les poissons et de manger, une sole au beurre.

 

                            Quand la nature se couvre d’un blanc manteau

                            Que la montagne se coiffe d’un grand chapeau

                            L’hiver s’installe doucement dans les vallées

                            Et sourit froidement au ciel étoilé.

 

                            Je marche sur la plage, à regarder la mer

                            Seul, sur l’étendue, à sentir le vent amer

                            Qui pique mes joues, je vois au loin, un bateau

                            Affronter les vagues, sous le vol des oiseaux.

 

                            Il faut voir des cheminées, les blanches fumées

                            Sortir des âtres fumants, où l’odeur d’un fumet

                            Parfume les papilles des petits enfants

                            Qui admirent le bon feu, le cœur triomphant.

 

                            La neige tombe sur la forêt, les flocons

                            Font rentrer les créatures dans leurs cocons

                            Sous la terre, les rongeurs dans les nids douillets

                            S’endorment sagement, le ventre grassouillet.

 

                            Sur les chemins gelés, aux abords des maisons

                            On peut apercevoir et sous la lunaison

                            Certains animaux s’approcher à pas feutrés

                            Chercher les reliefs, des villageois cloîtrés.

 

                            Les grands arbres dépouillés de leurs habits verts

                            Ressemblent aux candélabres, à des calvaires

                            Des vigies, attendant le retour du printemps

                            Dans les froides journées, d’un soleil éclatant.

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal

EB Sticky Cookie Notice

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.

Ce site utilise des cookies pour assurer la meilleure expérience. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez leur utilisation.