Esmeralda

A toi toujours je pense, ma cruelle sans-cœur,
Revoyant ces années perdues à tout jamais,
Tu as tout oublié, mais pourtant tu m’aimais,
Pourquoi t’es-tu enfuie du chemin de mon cœur ?


Allant vers l’aventure sans même tourner la tête,
Tu m’as abandonné te moquant de mes larmes,
Je suis resté tout seul au combat mais sans armes,
J’ai accompli ma tâche, fuyant les tête à tête.


Pour le bien des enfants je demeurais tout seul,
A quoi bon perturber leurs fragiles cerveaux,
Qui ne comprenaient pas de la vie tous les maux.
Et puis dans ce carnage suffisait un linceul.


Dans ce temps écoulé, j’aurais dû me défaire
De l’odeur de ton corps, et de ta grande beauté,
Mais rien de tout cela jamais ne m’a quitté,
Et de ton souvenir je sais me satisfaire.


Vois !, tu ris de ma peine, devenue sans pitié,
Pourquoi tant de dédain, ne serait-il pas bon
Que parfois près de moi, et devant un Bourbon,
On reparle gentiment dans une bonne amitié ?

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal