Esmeralda

Quand abaisse le soir son long voile indistinct

L’enfant sur ses genoux prie la statue qu’il aime

Cette statue symbole ample, immense, extrême

De la femme bohème au regard si certain.

Une saveur sonore use l’air clandestin

Tandis que son visage est devenu fort blême,

Blême d’un sourd plaisir, d’épaisses sueurs même

Descendent parfumées, suprêmes, de son teint.

Le ciel sème un silence embaumé de puissance

Et recrache une odeur blanche de jouissance

Mais la sorgue est souillée d’un vice bouillonnant.

Délirent tous les cieux des soupirs de tourmentes,

Cette Muse sculptée est saisie d’épouvantes,

Car l’ange la blasphème en pêchant comme Onan.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal