Esmeralda
 
 
C'est un endroit paisible bercé par les flots,
Légèrement la mer dévoile son image
Immaculée, et la douce clarté d'en haut
Fait danser les reflets mordorés du rivage.
 
 
Sur l'ocre tapis de la grève, tu reposes.
L'écume fraîche frôle ton petit corps frêle,
Tout contre le sable froid au parfum de roses,
Tandis que l'albatros lamente dans le ciel.
 
 
Face à l'étendue infinie, seul, tu demeures,
Malgré l'écoulement implacable des heures.
Mer, apaise doucement son âme et sa peine !
 
Ni l'air vif, ni le bruit sourd du vent ne l'effraie ;
Face contre terre, inerte, les yeux à jamais
Clos par les flots de l'indifférence humaine.
 
 

Merci de laisser un commentaire !

Gravatar
LACOMBE
Un grand merci
0
Gravatar
isidore
Magnifique poème ;-) Merci du partage ,Isidore
0

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal