Esmeralda

Il est né pendant les combats
D'une mère lui répondant sans cesse
Que de son père elle ne s'en souvenait pas
Telle infirmité l'imprégna de détresse
L'accalmie suivit, sombre et vaine
Hector arrêta son destin
Ne plus rester et se noyer dans la haine
Mais bien s'enfuir sans aucun chagrin

Il choisit la fumée du Prométhée
Et de la respirer jusqu'à l'horizon
Après mille et un quais
Celui de Padang lui parut le bon
Pour lui tous ici étaient étranges
C'est pourtant bien là qu'il découvrit la vie
n'acceptant plus que sa mémoire le dérange
Il pardonna a a mère toutes ces nuits
Où de rage il brulait le temps
A force de pleurs et de fantômes.

E.L.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal