Comme elle avance, cruelle et linéaire
En millions la critiquait, en milliards l'ignorent
De toutes ces voix qui la questionnent, une symphonie hystérique
L'écho de la mienne bifurque, au chemin vers l'aurore

De la graine à la racine, des ténèbres à la lumière
La cruauté de la belle, était aussi mienne qu'universelle
Innée mais innocente, d'une fantomatique mauvaise foi
Fanée et consciente, et solitaire en mille mois.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal