Esmeralda

Chambre à échos

Serein, je m’assis.

Puis,

Coincé dans cette agonie que j’ai construite

Raisonne

L’Echo, l’écho, l’écho.

Floue de sens, floue de logique,

Echo, écho, écho,

Je m’égare, affamé de cette destinée que j’ai détruite.

Ingérant avec peine ma mélancolie

Voyageant sans jamais y échapper

A cette abomination que je maudis.

Comment courir quand les illusions n’ont pas de fins ?

Elle ne s’arrête jamais cependant, elle cesse juste de bouger

Echo, écho, écho

Mais je souris,

Car même les mauvaises choses se doivent d’avoir une fin.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal