1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Je sais monsieur, tu penses avoir tout compris,
mais ce n'est rien monsieur, ce n'est pas ça la vie.
Dire aux autres comment il faut voir ses semblables,
c'est être tyran et surtout pas charitable.

On a pu s'indigner de leur condition quand
les gens vivaient oppressés ailleurs et pourtant
pour toi il n'est pas digne d'être humaniste,
bon Dieu, ton passé, il doit être bien triste !

Je suis d'accord, je ne devrais pas m'en soucier,
de ton passé, de tes doutes, pourtant j'ai « pitié »,
c'est pas fini, monsieur, tu peux revivre encore,
même si ton passé est gravé dans ton corps !
Car moi aussi j'ai peur de ceux qui sont partis,
comme si je n'avais pu leur arranger la vie.

Car ton poème, « pitié », il m'a dégoûté,
on pourrait se réjouir et même s'enflammer,
pour cette pièce qu'aux gueux les gens ont donnée,
et pour cette main qui à l'autre a pardonné,
pour ces gens qui défilent, râlant contre la guerre,
pour ceux qui pleurent malheureusement ceux qu'on perd.

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.


Copyright © 2006 / 2020 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

Information légal                                                       sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site                                                Created by  Thierry.M..