Esmeralda

Assez de cette curiosité morbide

Dissimule bien ton malsain sourire

Retiens-le et soupire,

Avec cet air d'effondré cache ton âme avide

 

Te lamenter, pleurer tu juges légitime

Tu vois cette femme rejoindre les abîmes

Mais sa souffrance elle ne l'a pas encore montrée,

Tu ne sais que la condamner. 

 

On ne voit pas sa dépression.

Tu ne remarques pas au travers de ses yeux vides,

La détresse, le mal, qui sur son coeur font pression. 

 

Assez de cette curiosité morbide,

N'est pas le plus triste qui le parait,

Quand disparaît cet être tant aimé 

 

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal