Esmeralda

La nature dans sa lumière

Eclaire le vol des oiseaux qui dessinent dans l'air

Un tracé de comètes

Elle cache dans son épaisse verdure

Tant d'êtres jamais aperçus qui semblent vivre

Dans un monde parallèle

Il en ressort en première notes de musique

Mille et unes chansons improvisées

Telles des prodiges qui pourtant

Ne connaissent pas ce mot

Qu'ils fassent peur ou qu'ils nous fassent rêver,

Le serpent ou le faisan sortent un jour nous visiter

Peut être ont ils trahis leur reine qui devait dormir

Ce jour là, bercée par ses plus fidèles

Ce serpent piquera peut être pour effacer de notre esprit

Un secret qu'on ne connaîtra jamais

Et le faisan dans sa prestance, vient certainement trahir

Sa majesté nature pour montrer aux hommes le gâchis

Qu'ils font à tuer de si beaux plumages ...

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal

EB Sticky Cookie Notice

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.

Ce site utilise des cookies pour assurer la meilleure expérience. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez leur utilisation.