Il n'est rien de charmant comme un cimetière

Où les chemins errants se perdent sous le thym,

Et des oiseaux pareils aux âmes des défunts

S'envolent vers le ciel en ballets éphèmères.

 

Ici, tout n'est que douceur et mélancolie

Calme qui apaise les âmes égarées.

Et ces noms, ces dates à demi effacés

Sont autant de prétextes à nos rêveries.

 

Mais lorsque vient le soir, s'endorment les colombes

Et les ombres de croix s'allongent sur les tombes.

Partons. Ne les troublons pas, ceux qui dorment là,

 

Quiets pour l'éternité, à l'abri sous la pierre

Que le temps ronge et mord. La vôtre est nue grand-père;

Reposez; demain j'apporterai des lilas.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal