Esmeralda

Les froids remous sanglotent au fond des caves

Le Vatican approche des dames avec les loups en soubresauts abscons et rustiques

La malle se fait briser et saute à pieds joints sur la marelle poussive des absentes

Sans recul nul ne passe l'épreuve des juges et l'appel instantané du froid dégorge les sueurs des nonnes

On attrape les gorges nouées sans crever l'abcès et l'occupation démarre dans les cendres froides

On approche à petits pas pour ne pas perdre le mot qui glisse de la langue des pendus

Et la colle nerveuse des sèves  nourrit l'espace du cosmos

Lentes et belles sont les précipices d'ombres

Elles tournoient en volutes délicieuses et fracassent les têtes de guignols

De superbes alezans occupés à nuire aux vaches

C'est tout toi cette atmosphère de défunts !

On s'offusque, on supprime, on s'use et le compas du marinier bouscule les télescopes

On affiche les dents du soir et les bals sont complets. Ne bifurque pas d'un pouce mon poulet, tu t'occupes trop des frimes et ton slip bat la chamade

Avatar de niais tu avances dans la mer en scaphandre doré et coule à pic ta fourrure endiablée

Les sources reviennent à toi pour porter l'espoir des origines et ton armée domine l'espace à coups de glaives

On tambourine déjà fort sur le coeur des méduses, à quand la joie promise aux filles seules ?

Ton jet n'est plus celui des cygnes qu'on envoie à l'abattoir. Tu négocies la fin à coups de poings trempés au fond des puits.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal