Darkmode

J'en ai finis avec l'amour, me voici rendu, les chaînes maintenant rompues,

Me voilà délivré de son jugement et des ses hommes de loi corrompus.

Je suis, à présent libéré de celui qui m'a jadis fait passer sous serment

D'éternité, une lame sous la gorge, une rose entre les dents.

 

J'ai juré, j'ai craché, que je deviendrait un fidèle zélé

Du voile immaculé et de la vierge par l'or cloisonnée,

J'ai béni, j'ai chéri ce qu'on m'avait donné comme femme commune

Je lui ai tout donné comme ordonné sur mon testament de fortune.-

 

Mais j'ai purgé ma peine devant leurs yeux, à tous, je l'ai rendu publique.

Juristes du cœur, jurés sentimentaux, et avocats de la fidélité,

Procureur de la raie-pudique bien sûr désapprouvée,

Et protecteur du pubis, conque sacré, prétendue unique.

 

Aujourd'hui ils me pardonnent, et sont tous à mes pieds,

Et je suis même autorisé à fondre l'alliance de la vertu

En petit cendrier, pour pouvoir brûler et fumer en paix

Les restes de mon cœur, car dans ce procès c'était moi le cocu !

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

Information légal                                                       sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site                                                Créé par  Thierry.M..