• Voilà maintenant plus d'un an

    Un an de survie

    Un an de souffrance et de folie

    Voilà maintenant plus d'un an que tu es parti

    Tout ceci fut apparement inévitable

    Peut être l'avons nous trop évité

    Peut être aurions nous pu en discuter

    Mais bien sûr cela n'aurait rien arrangé

    Comment aurais-je, comment aurais-tu, comment aurait-on ?

    Comment aurais-je tout changé ?

    Comment aurais-tu tout recommencé ?

    Comment aurait-on tout amélioré ?

    J'aurais peut être dû t'écouter

    Voilà maintenant plus d'un an

    Un an de survie

    Un an de souffrance et de folie

    Voilà maintenant plus d'un an que tu es parti

    Chaque jour je ne pense qu'à toi

    Alors que toi tu ne peux plus penser à moi

    Car tu as arrêté de penser

    Dès l'instant où tu t'es suicidé

    Dès l'instant que tu as oublié

    Que j'aurais pu t'aider

                                                     Une petite fille qui

                                                      parle à son père

     

  • Tout était blanc

    Tout était calme,

    Il faisait froid,

    Tombaient les larmes.

  • Rondeau à Orage

    Avec passion ma belle Orage,
    Allons de bon goût à cette rage,
    Qui nous habite dans nos pensées.
    Encore tout jeune mais élancée,
    Tu te donnais plus que par courage.

    Tendre promise laisse l’ouvrage,
    E
    t viens danser sur cette plage.
    Ton affection s’est dévoilée
    Avec passion!

    Encore vaillant tout ces nuages,
    Ces vielles âmes qui n’ont pas d’âge,
    Tourmentent le ciel, mer délaissée!
    Toi ma moitié ne sois blasée
    E
    t faisons l’amour sur le rivage
    Avec passion!

  • Ils m'ont dit que je n'étais rien
    Ils m'ont dit que je n'étais pas capable
    Ils m'ont dit que je n'avais pas la force
    Ils m'ont que tout ce à quoi je rêvais était impossible
     
    Ils ont créé cette voix
    Qui vient résonner 
    Chaque fois que j'essaye
     
    Et un jour 
    Il m'a dit
    Tu es fort
    Mais tu ne le sais pas
     
    Alors
    Je leur ai montré que j'étais tout
    Je leur ai montré de quoi j'étais capable
    Je leur ai montré que tout ce à quoi je rêvais était possible
  • Quand le sablier à fini de couler

    Qu’il ne reste plus que les plaies à soigner

    Que le temps à fait ces marques

    Sur ton corps , sur ta face

    Quand tes rides et ta peau flasque

    Font tomber tout les masques

    Et que le temps d’une valse

    On oublie notre vielle âge

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..