baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)



Quintessence de la magnificence , elle éveille tous mes sens

Je fond en sa présence , proche de la déliquescence,

J'ai de la chance, les circonstances ont fait que le lien se crée

Unique , tel ses mets sucrés , ça l'est , mais c'est un lien secret

oui j'ai goûté à ses délices ,véritable travail d'orfèvre

Et je rêve de goûter un jour, une nuit ? à ses jolies lèvres

Short l'été, bonnet l'hiver, ou sous la pluie elle m'a plu

Dans tous les sens du terme, elle m'en a mis plein la vue

Ouïe, Je suis un homme sourd dingue ,elle a une petite voix tendre

Pas vraiment les conditions idéales pour bien s'entendre (hein ?)


Alors un jour on se querelle , par sms ou par e mail

Je parle je parle mais cette fois, c'est elle , qui fait la sourde oreille

Pourtant je rêve de lui faire cette confidence sur l'oreiller

Lui chuchoter que je l'aime, et le crier au monde entier

Inutile de préciser que cette femme sent divinement bon

j'ai eu peur de ramener l'odeur de son parfum à la maison

Je sens bien que je ne suis plus en odeur de sainteté

Quand je l'opresse pour savoir ce qui a bien pu clocher

Comme l'encens , tout part en fumée , pourtant je ne fais que l'encenser

Mais elle a fait une croix sur moi et elle crois des choses insensées

Et je sens, je sens aussi , que je n'attire plus vraiment celle

Dont j'aurai aimé humer la peau , sa senteur naturelle

L'eau calme s'est agitée , s'y est formé de l'écume

s'en dégage parfum de rancoeur et un arriere goût d'amertume


Dans cette histoire il y a un sens qui brille ... par son absence

Le toucher , rien qu'en parler devient evanescence

Ça semble être un sens interdit mais c'est aussi un sens unique

Je n'ose même plus imaginer mes mains glisser sous sa tunique

des hommes la touchent ,la manipulent , calmez vous, c'est une patiente

Mais laissez moi vous dire, je l'ai trouvée bien impatiente

Elle m'a vite mis sur la touche, pas eu le temps de la toucher

C'est sûrement mieux ainsi car je serai touché ... coulé

C'est vrai , c'était à moi de me lancer , je suis le mâle

Au final je n'ai su mettre que le doigt où ça fait mal

Serai je l'ennemi, l'ami , l'amour, l'amant , demain ?

Suis je prêt ou non désormais à passer la main ?

À embrasser cette fille , à embraser cette vie ?

Ça n'a pas de sens, il faut que ça cesse , c'est elle qui me l'a dit


si tu entends ma voix , ne la prends pas à contre sens

Et relis bien ce texte , il est truffé de doubles sens

Je comprends bien que tu ne veuilles plus de nos confidences

Mais s'il te plait, je te promets, tu peux me refaire confiance


Difficile de se parler quand on ne s'entend plus

Difficile de te sentir quand tu ne me sens plus

Difficile de se regarder quand tu ne peux plus me voir , hein ?

Difficile de te goûter quand je te dégoûte à ce point


On a craqué l'allumette sur le souffre , et les souffrances

On a entretenu la flamme et failli embrasé les sens

Je sentais ta chaleur , aujourd'hui je ne sens que le froid

Mon être n'a pu te toucher, est ce que cette lettre te touchera ?





Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.


Copyright © 2006 / 2020 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

Information légal                                                       sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site                                                Created by  Thierry.M..