baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Nuit froide de janvier, je sortis le bout de mon nez; 

Dans ta noirceur, je me mis à marcher sans savoir où aller;

 Vis dans le lointain, réverbère éclairant timidement ta noirceur dominante;

Je décidais de suivre le souffle de ton ami le vent;

Janvier murmurant à mon haliotide frigorifié;

Effaçant mes pas abandonnés tout comme;

Souvenir de notre famille échoué;

Je m’arrêtais la ou le vent me contraignis de m’aventurer;

La neige séparée tel moise qui séparât, mer agitée d’Égypte;

M’enfuir m’a ton permis par cet acte héroïque;

J’observais les arbres, courbé par le poids qu’il portait;

Petit ruisseau coulait, les larmes qui ruisselaient;

M’arrêtais et sorti le cigare remède de mon désespoir;

D’apparence mondaine, faisant tant de jaloux;

Tant voulu des autres, n’était qu’une couverture;

Allumé, son gout acre et sa fumé étouffante me vint à la bouche;

Imbibant mes poumons de sa fumer noir;

Pensement sur les plaies les plus profondes;

 J’expirait la fumée qui fuit avec mes peines, peines qui me harcelait;

Ma famille se consumait tel le cigare que je tenais;

Plus le cigare avançait plus les chicanes insistantes resonnaient;

Combat perpétuelle, argent, pire poison de l’homme;

Pourfendant bonheur et famille ;

Femme que j’ai tant aimée a mon tour de me laisser aller;

Une dernière inspiration, cigare tombant dans la neige folle de janvier;

Lueur de mon cigare achevé tels les derniers instants de bonheur du mois de janvier ;

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..