En poursuivant votre navigation sur ce site,vous acceptez l'utilisation de Cookies qui nous permettent notamment de mesurer l'audience de notre site et de vous proposer des contenus,

services et publicités adaptés à vos centres d'intérêts. 

baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

L’EPOUVANTAIL

Tout au fond de son champ,

Campé sur son balai,

Il est là le méchant

Régnant sur son Palais.

Le visage gonflé,

Les yeux exorbités,

Cheveux ébouriffés,

Dans le décor ouaté.

Des lambeaux de papier

Lui servent d’apparats,

Au grand vent déployés,

Telle une gandoura.

Petits morceaux d’argent

Qui brillent au soleil,

Cliquetis effrayants,

Le tenant en éveil.

Le chapeau de travers,

Sur la tête de foin,

Et le vieux pull-over,

Qui couvre l’embonpoint.

Il est là, et fait peur

Aux pauvres oisillons,

Qui sont plein de stupeur,

En suivant les sillons.

Il ne peut pas bouger,

Factice corps humain,

Dans la lutte engagée,

Pour lui sans lendemain.

Les bras levés au ciel,

Il crie son désespoir,

Ne pas être réel,

Et servir d’étendoir.

Le temps fait son chemin,

L’oiseau apprivoisé,

A passé l’examen,

Et s’en vient pavoiser.

L’épouvantail sans cœur,

Ne fait plus son effet,

Il est plein de rancœur,

Pour l’homme qui l’a fait.

Cœur humain, cœur de foin,

La vie en est pourvue,

Je reste le témoin,

Des débats imprévus.

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..