Imprimer
Catégorie : Poèmes d'amour
Affichages : 1886

 

Le flegme du Pacifique était légendaire.

 

Mais un après-midi, ses eaux s'émurent.

D'où ce dauphin égaré pouvait-il surgir ?

De l'évent aux nageoires, pendait une amure.

Ce maigre indice forçait ses eaux à mugir.

 

La quête mena à la discrète Baltique.

Elle ne s'était jamais faite repérée.

Sa grâce, sa douceur étaient tant attiques.

La houle naquit d'un adage libéré.

 

Les saisons défilaient, les eaux plongeaient enfin

Sans atteindre le fond. Une chute sans fin,

Qui engendrait en son abysse des tourbillons.

 

Mais tant de mers, tant de terres les séparaient !

Pour se couvrir, la Mer s'encerclait de tarets,

Et versait les glacés rochers d'oscabrions.

 

L’Océan rêvait d'un univers secondaire.

 

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Joomla SEF URLs by Artio