Imprimer
Catégorie : Poèmes d'amour
Affichages : 4481

Bâillement maitrisé laissant découvrir de légères lèvres assidument dessinées.
Enjolivant les gerçures étouffées,
enclavées par la luisance épurée de l'artifice rose brillanté.
Douce journée d'été aux couleurs acidulées.
Me tenant la main, légèrement négligé,
laissant apparaître la réticence acceptée de mes mouvements embarrassés.
Un léger baiser sur ma nuque dégagée se ressentait,
comme masqué de mirages prostrés.
Et lui, humait les nuées parfumées de mon parfum aux senteurs raffinées,
dans l'encolure de mon chemisier bleuté.
Ils ne pouvaient se rencontrer que par procuration imagée.
C'était la solitude des nombres premiers.
Vivant dans l'illusion d'un futur lointain,
prescrivant la croisée des chemins incertain.
Le souvenir de leur approche manquée,
ne pouvant s'affirmer que par la pensée.


Fanny

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Joomla SEF URLs by Artio