Imprimer
Catégorie : Poèmes d'amour
Affichages : 1790
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Ses sourcils insolents, malgré moi,

Incendient mon orgueil hérissé

Ses yeux étincelants me noient

Dans le récif d'un lagon métissé

 

Le maître borgne au cuivre scintillant

Suit l'envolée de la chanteuse en talon

Et me glisse un coup d'oeil brillant

Et malicieux qui en dit bien long

 

Elle soulève les bords de sa courte robe

Etoffée de mille éclats de saphir

Laissant luire ses jambes qui se dérobent

Sous les douces mains auteurs de mon désir

 

Mordant tendrement sa lèvre inférieure

Elle croque à vif mes glandes hormonales

Dans un soupir langoureux de chaleur

Sa voix embrase mon instinct animal

 

Le dos cambré elle étouffe le micro

Les yeux clos enivrés par son apogée

Une étoile dans le ciel du music-hall

Soudain vers mon souffle s'est approchée

 

Et m'a tendu sa main sans hésiter

Du bout des lèvres je l'attrape sans feinte

Car le seul foyer où je désire rentrer

Ce soir est celui de son éternelle étreinte

 

Joomla SEF URLs by Artio