baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Angoissante luciole des soirs de Juin

Qui ne sont que la traduction de mon pathos .

Ou trouverais-je donc mon propre oïkos

Si ce n'est dans l'acceptation du malin.

Etranger a l'Homme sont les mots qui m'habitent,

Des temps modernes je suis un hermite.

Triste moi , que le printemps , cette ironie

L'être plein est devenu le plus avide.

Adieu , être frémissant porté par le goût de la vie .

Démentiel est la contemplation de son blanc livide

A l'heure ou sa raison se fend et répend la folie

Dur est l'abandon de son vert paradis des amours infantiles

A présent pour renaître il quête son idylle

 

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Plus d' informations Ok