baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Ô bonheur, grand désespoir,


Toi qui flâne sans repères,

Constamment, six pieds sous terre,

Manifeste sans mesure

Un éveil de bon augure.

 

Toi qui embrasse la peine,

Quand aux portes de l’éden,

Les méandres ataraxiques

Rendent nos cœurs amnésiques.

 

Entends-tu la nostalgie

Qui s’invite au coin du feu,

Traverse l’hiver rugueux,

Et gratte aux portes la nuit ;

 

Rends les visages si pâles

Que le blizzard de décembre,

Qui pénètre dans nos chambres,

Parait soudain moins glacial ?

 

Ô bonheur, grande richesse,


Toi pour qui finalité

Rime avec fatalité,

Pour le plus humble des hommes,

Je dessine ton royaume.

 

Je sillonne les rivières,

Les étangs et les forêts,

Offre au soleil sa lumière,

Son parfum aux azalées.

 

Héberger les délaissés,

Guider l’Éros aveuglé,

Telle est la sainte mission,

Mobilisée en mon nom.

 

Puisse le temps faire un geste,

S’il accepte que l’amour,

Comme quelque corps céleste,

Illumine les faubourgs.

 

Ô bonheur, ô vie,


Extrait des langueurs brumeuses,

De nos émois éternels,

J’entonnerai ta berceuse

Pour apaiser les mortels ;

 

Au confins de notre Terre

Et du ciel, j’érigerai

L’arche des âmes éclopées,

S’agrippant à leurs enfers.

 

 

Malgré ces sourdes paroles,

Parfois imbibées d’alcool,

Tu es en chacun de nous,

Enivré de tant de tout.

 

Erratique, universel,

Tu donnes un sens à nos vies,

Insignifiantes soient-elles ;

Veni, Vedi, non vici.

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Plus d' informations Ok