baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Marchant seul vers l'inconnu,
Au détour de cette rue,
Tu m'es soudainnement apparue,
Sans y avoir vraiment crû.

Encore plus belle que dans mes souvenirs,
Tu marchais d'un pas sur, sans courir.
Je me suis arrêter, et puis pincer,
Pour pouvoir cesser de te rêver.

Telle le fantôme de mes insomnies,
Ta crinière blonde me poursuit,
Ton doux visage m'apparâit souvent,
Puis s'efface au passage du vent.

Ton âme abrite tellement mon esprit,
Que mes yeux te montre devant moi,
Toujours à portée de doigts,
Encore trop loin de ma triste vie.

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Plus d' informations Ok