fbpx

baniere vos poemes


1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

 

LE BONHEUR AU JARDIN

Un printemps pas comme les autres,

Enfermés, isolés, coupés des nôtres

Pour barrer la route au Corona

Qui décime et tue à tout va.

 

Où que l’on soit sur la planète,

La menace plane au-dessus de nos têtes.

 La galère pour les êtres humains,

Mais le répit pour nos jardins,

La mer, les plages et les forêts

Qui enfin ont pu mieux respirer.

 

Les premiers jours furent difficiles,

Quand tout s’arrête on est fragiles :

Plus personne à serrer dans nos bras

Plus de visites, de copains, de fiestas…

 

Mais Dame Nature, pas rancunière du tout,

Semble avoir eu quand même pitié de nous.

Comme une femme parée de ses plus beaux bijoux,

Nous offrant un climat et un printemps très doux.

Des arbres qui renaissent par leurs feuilles vert tendre,

Un ciel du plus beau bleu, du soleil à revendre,

Une brise légère qui caresse la peau,

Des fleurs, des papillons et le chant des oiseaux.

 

Pauvres citadins dans leurs blocs de béton

Ne disposant pas même d’un carré de gazon !

Mais quand même, ils ont pu entendre le silence,

Se poser un moment, réfléchir en conscience

Au chaos de ce monde en perte de repères

Qui épuise, surexploite et abime notre Terre.

 

Moi j’ai eu vraiment beaucoup de chance.
J’habite la campagne, dans l’ouest de la France.

Une jolie maison, spacieuse et accueillante

Et un petit jardin dont la beauté m’enchante.

 

J’ouvrais mes fenêtres sur des massifs de fleurs,

Des narcisses, des tulipes, une palette de couleurs

Qui mettait le matin de la joie dans mon cœur,

Me faisant oublier la solitude et la peur.

Comme un précieux écrin me gardant à l’abri

De ce terrible mal qui menace nos vies.

 

Siestes sur la terrasse au concert des oiseaux,

Leurs chants dans mes oreilles en hifi stéréo !

Fidèles, ils étaient là tous les après-midis,

Et je me régalais de tous leurs gazouillis.

Plus de bruit de voitures gâchant cette symphonie

Offerte par Dame Nature à tous ses amis.

Une pause hors du temps, parenthèse enchantée,

Un pur moment de paix et de sérénité.

Le bonheur au jardin, en toute simplicité…

En ces temps difficiles j’étais privilégiée !

Je remercie le Ciel, les Dieux et l’Univers

Pour m’avoir fait trouver ce petit coin de terre

Où j’oublie quelquefois la misère et les guerres,

Les violences de ce monde qui tourne à l’envers

Par la folie des hommes ne voulant pas admettre

Que notre Amie Nature sera toujours le Maître.

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.


Copyright © 2006 / 2020 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

Information légal                                                       sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site                                                Created by  Thierry.M..