En poursuivant votre navigation sur ce site,vous acceptez l'utilisation de Cookies qui nous permettent notamment de mesurer l'audience de notre site et de vous proposer des contenus,

services et publicités adaptés à vos centres d'intérêts. 

baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Celle dont je vais vous parler fut prénommée,

Par sa mère, et son père bien aimants et aimés,

Clélentine à la peau brunie, même dorée

Par le tropique du cancer, trop malfamé.

 

Son nom représentait la rondeur de sa gorge,

Et le parfum fruité qu'elle eut porté au cou,

Surement là pour qu'on n'eu point vu sur ses bouts,

La trace de seringues, au lieu de sucre d'orge. 

 

Mais je ne lui en ai jamais vraiment voulu,

Pour m'avoir un jour quitté, plus tôt que prévu,

Alors que je l'aimais, l'aimerai à jamais.

 

Nous nous voyons tellement souvent a la fin,

Que ses parents auraient put en venir inquiets,

lorsque je lui penetrait la peau, de mes mains

 

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..