En poursuivant votre navigation sur ce site,vous acceptez l'utilisation de Cookies qui nous permettent notamment de mesurer l'audience de notre site et de vous proposer des contenus,

services et publicités adaptés à vos centres d'intérêts. 

baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

 

Je suis la main qui cueille une autre marguerite,

Le frisson de l'automne et de l'effeuillaison,

Des pétales tombés sous le toit qui m'abrite

L'être enseveli dans sa funeste maison.

 

Terre cent fois meurtrie et si chère à mon rêve,

Maintes fois interdite au même maraudeur,

Aux essences d'amour je suis le nez qui crève

D'envie inassouvie de sentir son odeur.

 

J'ai froid. Tant ! Que je tremble... Équilibré sur l'axe

De pucelles amours, d'actes bien affranchis.

O belle adolescente ! O comme elle malaxe

Le chaume de nos cœurs dans le même torchis !

 

O femme ! Devenue : Unique. La dernière.

L'ultime acte d'amour. Mon sexe évanoui

Se réveille parfois seul dans sa garçonnière

Comme un pêché de chair, de poussière et d'ennui.

 

Dans le mouchoir je suis l’œil du borgne qui pleure

Sa moitié disparue... Et dans l’œil du poisson,

Entre des jambes d'homme, accroché comme un leurre,

Un sexe qui vivote au bout de l'hameçon.

 

Mes pleurs au fil de l'heure, entre Meurthe-et-Moselle,

Transforment la rigole en mare... Puis ruisseau...

Et mon cœur dans le bec du vieux moineau sans elle

Me nourrit de chagrin dans le nid du roseau.

 

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..