baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

C'est une rue,
pas très passante,
quoique beaucoup d'autos...

C'est à toute vitesse
qu'elles filent, sous la pluie
battante et le soir tombé.
Et, fidèlement, elle est là,
la dame.

Elle ne bouge pas trop la dame,
elle se dandine sous un trop petit parapluie.
Trop petit ? et oui, pas d'chance,
mais elle est grosse la dame,
énorme.

Et elle se dandine donc,
énorme et fagotée comme un as de pique
qui prendrait toute la carte,
alors, elle a les bourrelets qui mouillent,
enfin, ils sont mouillés.

Et sous le lampadaire ça brille
dans ses nippes de vynil,
rouges comme il se doit
pour une dame comme ça.

Mais qu'est-ce qu'elle fabrique donc ?
Elle doit attendre un taxi
ou encore un ami.

Ah oui quelqu'un vient,
la toise, lui babille deux-trois mots,
Et la voila partie la dame,
bras d'sus, bras d'sous, avec je ne sais qui.

Oh ils ne vont pas loin,
il y a ce vague hotel
au néon qui tremblotte,
et c'est là qu'ils sont entrés.

Mais j'la connais c'te dame,
aussitôt terminé,
elle reviendra la dame,
sur le trottoir et sous la pluie,
les bourrelets qui mouillent
enfin, mouillés,
attendre un autre ami.

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Plus d' informations Ok