Bienvenue dans l'industrie d'autodestruction de masse,

Là où l'esprit se brise et le corps se casse.

Bienvenue dans l'immobilité de l'animal social

Enchaîné par ses propres codes et morales.

Bienvenue chez ceux qui crucifient l'homme,

Et le ligote en accessoire de mode.

Bienvenue dans l'univers de la physique rachitique,

dans l'infini infiniment excentrique,

Où tu respires le Diorxygène qu'ils fument,

Où t'es pas en Vogue si t'as pas le dernier Cartier de lune.

 

Bienvenue dans l'espace où l'on marche sur les étoiles,

Sur la prochaine planète inhabitable,

Ou du moins par des squelettes fardés

Qui savent marcher les jambes croisées.

Bienvenue dans les forêts affichées sur les panneaux publicitaires,

C'est vrai, j'oubliais qu'on inspire mieux sans air.

 

Et attendre le soleil, et attendre le soleil,

Et attendre le soleil, et attendre le soleil...

Qui crèverait leurs yeux vermeils.

Et attendre le soleil et attendre le soleil

Qui sécherait nos larmes mises en bouteillles.

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal