Esmeralda

Tu sais ça existe

 

Tu sais ça existe les gens qui passent à coté de l’amour.

Ceux qui ne savent pas, ceux qui font les mauvais choix.

 

Ceux qui s’enfoncent , effacent leur pulsions, foncent dans un chemin qu’ils pensent être le bon.

 

Moi je suis de celles qui aiment pleurer, receuillir l’inspiration des larmes qui ont coulées.

Ta mélancolie je peux la recyclée, la redorée t’en donner à manger.

La petite cuillière est en plastique mais mes mots sont authentiques.

Sans discours réchauffé je veux utiliser tous les clichés, les détournés essayer de te faire rire avec mon air étonné.

 

La porte de la chambre je dois la fermer avant que les voisins m’entendent trop penser.

Aux souvenirs qu’on va créer, à notre chemin parsemé de parmesan.

Aux kilos de pates qu’on va bouffer.

 

Tu sais ça existe les gens qui passent à coté de l’amour.

Ceux qui ne savent pas, ceux qui font les mauvais choix.

 

Moi je suis de celles qui destent l’ennui mais je sais qu’avec toi je suis guidée par l’envie.

Celle de toucher tes doigts pour savoir si ils ont froid, d’embrasser tout ton corps en priant qu’il m’aime encore.

Aux kilos de clopes qu’on va cendrer, sur l’oreiller, dans ta voiture, quand tu plaindras encore que la vie est trop dure.

 

Moi je suis celle qui sera là à coté de toi. Je te ferai des signes avec les bras pour être sure que tu me rates pas.

Je te laisse pas le choix je sais que c’est toi, moi,  et le nous qui en résultera.

 

Tu sais ça existe les gens qui passent à coté de l’amour.

Ceux qui ne savent pas, ceux qui font les mauvais choix.

 

Ils font des crises existencielles à chaques dizaines à force de trop souvent s’dire je t’aime.

Ils s ‘isolent sur le sol du metro boulot dodo ce navrant triangle isocèle.

Ils font des régimes, se badinent de crème anti âge et sirotent des liqueurs sans alcool pour rester sage.

 

A mes futures rides de vie, à ton prochain mal de dos.

Attends. Je porte un toast en tapant verre sur couteau.

J’ai bu mais j’ai vu. Et même retenu.

Que tous les matins je veux voir cette lumière dans tes yeux chatains.

 

Tu sais ça existe les gens qui passent à coté de l’amour.

Ceux qui ne savent pas, ceux qui font les mauvais choix.

Je ne veux plus que tu aies peur. Enlasse-moi sans te lasser de moi.

 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal