Esmeralda
 
A ÉLISE ....​



Au royaume des rêves proscrits, il est une enfance dont je voudrais vous parler.
Aux confins de contrées oubliées, là où grandir est une illusion, l’avenir même n’y est alors plus qu’un sordide tour de magie.​


Au royaume des rêves proscrits, des regards tristes m’ont interpellé.
Aux confins de contrées oubliées, j’y ai découvert des enfants à la vie volée.
Des enfants à la vie volée, dans l'errance de leur purgatoire à même l’aube de leur existence.
Dans l’errance de leur purgatoire et dans l’attente de la délivrance, leur dignité empreinte de tendresse
m’a ému.


Fautifs d’être nés de parents qui se sont aimés, c’est au nombre de sept cents que chaque jour, naissants, ils tétanisent mon coeur meurtri de révolte.
Par trop de souffrance et de larmes versées, mettre désormais des mots à leurs maux.
Par trop de souffrance et de larmes versées, que ceux-ci deviennent pour eux le reflet de leur courage.
 

Des mots aujourd'hui contre l’oubli.
Des mots aujourd'hui pour un autre lendemain.
Des mots unis, tout simplement, contre ces quatre lettres invasives et perverses : S.I.D.A​
 

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal