Esmeralda

La chtroumpette comme on l'appelle
Collectionnant les bleus et les yeux au beurre noire
Elle porte même quand il pleut des lunettes de soleil
Jamais souriante et toujours munie de son regard noir

Le clodo comme on l'appelle
Couché dans sa pisse et celle des autres
Il se réchauffe à la bière et utilise le bruit des voitures en guise de réveil
Toujours le regard vide et sur un matelas crade il se vautre

La noirâtre comme on l'appelle
Vivant dans 10m carré aux abords de Paris
Elle fait un job de merde en ramassant celle des autres au sac poubelle
Seule contre toute la France raciste et elle rêve souvent de son ancien pays

La péri comme on l'appelle
Arpentant le trottoir du matin soir
Elle choppe des bleus sur les genoux et des nausées de chaque nuit qu'elle se rappelle
Continuant à croire secrètement à l'amour tout en le fessant aux pires des connards

Le terroriste comme on l'appelle
Arborant une barbe fournie et un teint arabique
On l'injurie dans la rue et se moque de lui au travail et c'est pareil pour elle
À 2 contre le monde en entier ils resteront ensemble ici quite à se faire frapper par des flics

Le glandeur comme on l'appelle
Avachi dans son canapé à jouer à fifa
Il ne pense pas à son avenir et enterre ses chances d'être embauché à la pelle
Il finira seul à jamais chez lui, avec pour seule compagne une cara

Le voyou comme on l'appelle
Sa deuxième maison c'est la garde à vue
Il y passa plus de temps qu'à l'école ou qu'à la maison car ses parents et profs le pèlent
Cleptomane et toxico il manie les couteaux et enchaîne les affaires qui puent

Le gros comme on l'appelle
Difficile pour lui de sortir et s'affirmer
Chaque jour c'est avec des nouveaux noms que les autres l'harcele
Il a jamais su ce qu'il avait fait de mal ni comment tout arranger

L'anorexique comme on l'appelle
Personne ne le sait mais il se fait vomir depuis des années
Il est devenu maître pour cacher sa vraie nature et son corps frêle
C'est dans un vestiaire de gym que ses copains l'ont cramé

Le camé comme on l'appelle
Toujours en quête d'un peu d'herbe à fumer
Il ne pense qu'à la drogue à longueur de journée car sans elle
Il ne serait qu'un putain de débile sans le moindre avenir à espérer

L'addict comme on l'appelle
Il fume, il boit et plonge dans toutes les addictions
Impossible pour lui de s'en sortir sans une substance qui lui sert d'atele
Jamais il ne trouvera le courage de s'arrêter car sans dépendances sa vie est une déception

La technicienne de surface comme on l'appelle
Gentille femme serviable qui a vu sa vie partir en couille
Elle a fini par devenir la nettoyeuse que tout les riches hèlent
Passant sa journée le dos abimé à lustrer du marbre et rien qu'un café offert à celle qui désouille

Le violent comme on l'appelle
Père qui boit et mère tabassé
Il finira par rentrer dans l'armée pour oublier cette enfance digne d'un spielberg
À 20 ans il chercha son père pour le démolir, il fera pareil à toutes les femmes avce qui il va couché

Le suicidaire comme on l'appelle
Caché et rabaissé par les autres gens
Il finira par être dégouté de la vie et aura des passions impopulaires
Mutilant son corps par plaisir et n'entre voyant aucun avenir, la vie n'aura pour lui plus de sens

L'handicapé comme on l'appelle
Passant sa vie à subir le regarde des gens valides
Il aura toujours honte de lui car chaque privilège d'être handicapé est un mauvais rappel
Se battant toute sa vie pour se faire une place, alors qu'il aura toujours une place assise

Le petit comme on l'appelle
Tout le monde est plus fort que lui il se sent partout inférieur
On le bascule et lui renvoie les moqueries qu'on ose pas faire aux moins frêles
À force de vouloir se faire respecter il plongera dans la muscu et dans la moquerie des non supérieurs

La commère comme on l'appelle
Jeune femme de 17 ans au teint cadavrique
Elle n'est aimé par très peu à cause de sa tendance à se moquer de l'autre que ce soit il ou elle
Crachant dans le dos des autres jusqu'à son ultime sommeil, personne ne sera la pour partager sa vie merdique

Tous ces gens je les ai croisés
C'est des rejets de la société
Des êtres qui ont été formés par notre monde
Ils représentent l'influence qu'on les hommes... C'est immonde

Merci de laisser un commentaire !

Kunena Avatar
Hirondelle bleu
J'aime bien ton idée de décrire chaque différence humaine rejeté de notre société, c'est excellent et pleins de réalisme. Je pense que ty devrait le reprendre pour corriger certaines fautes et tenter d'améliorer certaines partie.c'est vraiment top bravo
0

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal

EB Sticky Cookie Notice

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.

Ce site utilise des cookies pour assurer la meilleure expérience. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez leur utilisation.